L’ergonome adapte le travail à l’homme

L'ergonome adapte le travail à l'homme
L’ergonome adapte le travail à l’homme

L’ergonome vise à adapter le travail à l’Homme dans un souci d’articuler santé et efficacité.

L’ergonome met en oeuvre ses connaissances scientifiques pour concevoir ou transformer des situations de travail ou d’usage . En recherchant la meilleure adéquation possible entre :

  • Les caractéristiques d’un système (situation de travail ou d’usage)
  • Les modalités de fonctionnement de l’Homme au travail sur les plans physiologique, cognitif et psychosocial,

Avec pour objectifs :

  • Une meilleure fiabilité humaine et technique La santé et la sécurité des personnes
  • La performance de la situation de travail ou d’usage
  • La performance globale de l’Entreprise.

En tant qu’élément essentiel de la situation de travail ou de la situation d’usage, l’Homme se caractérise par des capacités qui ne peuvent être modifiées à volonté. Si ces capacités ne sont pas prises en compte, l’Homme s’adaptera dans certaines limites, mais toujours à un coût élevé pour lui, avec une dégradation de sa performance, voire une prise de risque, qui tôt ou tard impacteront l’efficience générale de la structure. La performance de tout système de travail passe par le travail humain.

Objectifs du métier de l’ergonome

L’ergonomie vise à adapter le travail à l’Homme dans un souci d’articuler santé et efficacité. De manière générale, la spécificité de la contribution de l’ergonome aux différents projets, qu’ils soient industriels, informatiques, organisationnels et/ou architecturaux, réside dans sa capacité à rendre compte de l’activité réelle des opérateurs à partir d’une approche systémique des situations de travail, à en décrire ou anticiper les conséquences (en termes de santé et de performance), et à traduire les connaissances en recommandations et propositions opérationnelles pour les autres acteurs (managers, ingénieurs, architectes, médecins du travail, représentants des salariés…).

L’objectif de l’ergonome est que dans l’ensemble des processus de décisions, la question de l’utilisateur final soit toujours prise en compte.

Domaines d’intervention de l’ergonome

L’ergonome conduit des interventions, réalise des études ou des recherches sur des problématiques, dans des domaines divers :

  • La fiabilité et la performance des systèmes complexes, techniques et/ou organisationnels ;
  • Les conditions de réalisation du travail, les conditions d’usage ;
  • L’accompagnement des projets de conception d’espaces (de travail ou de vie), de process, de machines complexes, de systèmes informatiques ;
  • Les actions liées à la santé, la prévention et à l’évaluation des risques professionnels ;
  • L’insertion et le maintien dans l’emploi de travailleurs en situation de handicaps ;
  • La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, la formation ;
  • L’intégration des facteurs humains dans les industries ou activités à risque ;
  • La réalisation d’expertises (par exemple auprès des Comités Hygiènes et Sécurité pour les Conditions de Travail, Commission santé sécurité et condition de travail) ;
  • La conception et l’utilisation de produits de consommation : automobile, logiciels et progiciels, sites Internet…

Nature du travail de l’Ergonome

L’action de l’ergonome s’organise autour d’une démarche, adaptée aux contextes d’interventions, structurée comme suit :

  • Analyser la demande des interlocuteurs

La demande peut concerner la transformation d’une organisation de travail, la conception d’espaces de travail ou de produits, la prévention, l’insertion ou le maintien dans l’emploi. L’ergonome procède à une analyse globale du problème posé (analyse des indicateurs, analyse des enjeux et des attendus auprès des différents acteurs…) afin de proposer les objectifs et les modalités de son intervention.

  • Réaliser un diagnostic global sur les situations de travail ou d’usage

Le diagnostic posé par l’ergonome vise à permettre aux acteurs de la structure de comprendre les liens entre :

  • Un problème de santé, de sécurité, de dysfonctionnement ou d’efficience,

et

  • Des caractéristiques de la situation de travail ou d’usage étudiée : tâches, moyens de travail, organisation du travail, environnement de travail

Le professionnel procède par étapes : diagnostic global, formulation d’hypothèses, analyses systématiques sur la situation de travail pour démontrer ces hypothèses.

L’ergonome va se centrer sur l’activité réelle de l’opérateur (tout ce qu’il met en oeuvre concrètement pour faire face aux exigences du travail). Un des rôles de l‘ergonome est ainsi de transformer les représentations qu’ont les acteurs de la structure/entreprise sur le travail, ou sur la situation d’usage, afin d‘enrichir les problématiques.

L’ergonome propose un plan d’actions et convaincre les interlocuteurs

A l’issue du diagnostic, l’ergonome va définir et déployer un plan d‘actions argumenté par ses connaissances scientifiques et par les connaissances qu’il aura produites sur la situation de travail ou d’usage. Ce plan d’actions, lorsqu’il concerne une amélioration, peut porter sur les outils, les spécifications d’équipements, les espaces de travail, l’organisation des tâches au sein d’un collectif, la formation, la documentation, la définition d’indicateurs de suivi pertinents.

Contribuer à la recherche des solutions L’ergonome rédige des recommandations ou des spécifications fonctionnelles sur les caractéristiques des situations futures de travail ou d’usage, afin d’intégrer les différentes logiques sous forme de compromis partagés : performance attendue, santé/sécurité, satisfaction au travail, maîtrise des coûts et des délais. Il est souvent amené à définir les solutions en coconception avec les managers, les ingénieurs et les représentants des futurs utilisateurs. Il s’appuie régulièrement sur des méthodes et outils d’anticipation du travail futur notamment par simulation (maquette physique, maquette numérique 3D…).

Accompagner la mise en place des solutions et évaluer les transformations

Son intervention peut aller jusqu’à l’accompagnement et l’évaluation des solutions mises en place. L’ergonome réalise des retours d’expérience afin d’améliorer la performance globale des situations de travail et de la conduite de projets. La plupart des ergonomes sont généralistes, cependant certains peuvent être amenés par leur pratique à se spécialiser sur des secteurs d’activité (hôpital, industrie à risque, chaines de production…), ou sur des champs d’intervention (handicap, risques psycho-sociaux, interfaces-hommes machines, conception d’espaces de travail…).

N’Hésitez pas à faire appel à nos services.

 

 

 

Qui sommes nous

Institut d'étude de la qualité du travail et de l'emploi
Institut d’étude de la qualité du travail et de l’emploi

Institut d’étude de la qualité du travail et de l’emploi, à pour objectif de concevoir et améliore des lieux de vie, des objets ou des postes de travail afin de les adapter au maximum aux besoins des utilisateurs, en termes de confort, sécurité et efficacité.

Les entreprises et collectivités font appel à l’institut pour améliorer leurs performances, concevoir des systèmes de travail et de nouveaux produits, organiser la production, prévenir les risques professionnels, etc. L’approche globale de nos collaborateurs vise une meilleure adaptation des situations, des lieux, des produits, avec le maximum de confort, de sécurité et d’efficacité pour l’utilisateur. Ils procèdent en plusieurs étapes : étude de l’existant, diagnostic et proposition, suivi de la mise en place des nouvelles procédures ou de l’environnement de travail.

Dans cette période où les mutations profondes des entreprises percutent de plein fouet les acteurs du travail, il y a tout intérêt à bien comprendre comment « l’activité réelle » des opérateurs traduit et reformule les conditions matérielles et organisationnelles du travail.

Cette « activité réelle » contribue à produire les richesses, mais donne également le sens que chacun attribue individuellement et collectivement au travail.

N’hésitez pas à prendre contact avec nous, ainsi nous étudierons votre projet et la recevabilité de celui-ci.

 

 

Comprendre le travail pour le transformer, nos missions.

Nos missions : Comprendre le travail pour le transformer
Nos missions : Comprendre le travail pour le transformer

Notre travail : Comprendre le travail pour le transformer.

Pour expliquer notre travail, il nous semble intéressant de vous projeter directement sur nos missions que nous réalisons dans les entreprises. Et prendrons comme exemple un travailleur en entreprise, ce que nous savons sur le milieu du travail, ce que nous pouvons vous apporter. Ainsi vous pourrez vous approprier nos dynamiques dans la nécessité de comprendre le travail pour le transformer.

Voici un travailleur assis sur une chaise devant l’écran et le clavier d’un terminal d’ordinateur. Il a mal au dos. Nous savons  beaucoup de choses sur les dos. Nous pouvons vous  aider à concevoir des sièges mieux adaptés.

Ce travailleur a aussi mal à la tête. L’écran a des reflets et est mal contrasté. Nous savons  beaucoup de choses sur les yeux et sur la vision. Nous pouvons vous aider à concevoir des écrans moins éblouissants.

Ce travailleur est fatigué. Cela fait plus de quatre heures qu’il est devant son écran et il n’est plus tout jeune. Nous savons beaucoup de choses sur les effets de la durée du travail sur l’organisme humain. Nous pouvons vous  aider à mieux organiser les horaires et les pauses. Mais ce n’est pas tout.

Ce travailleur n’est plus assis à ne rien faire ; il interprète les informations qui apparaissent sur son écran et résout les problèmes qui peuvent en découler. Il mobilise toutes les compétences acquises au cours de l’exercice de son activité et, s’il fait parfois des erreurs, il les corrige en faisant appel à des règles expertes qu’aucune autre machine n’est capable de répliquer.  Nous savons beaucoup de choses sur cette activité cognitive et sur les raisonnements que ce travailleur développe pour résoudre les problèmes qui se posent à lui. Nous pouvons vous aider à améliorer les systèmes informatisés et les outils logiciels de manière à mieux assister le travail mental de l’opérateur.  Nous pouvons aussi vous aider à construire des formations professionnelles bien adaptées aux compétences attendues.

Cet opérateur est seul à son poste, mais dans la plupart des cas, il fait partie d’une équipe qui elle-même s’inscrit dans une organisation parfois complexe. L’opérateur collabore avec ses collègues, en face à face, mais aussi – et de plus en plus souvent – à distance, à l’aide de technologies qui ne savent pas toujours ce que coopérer veut dire. Nous savons beaucoup de choses sur le travail en équipe et sur la communication. Nous pouvons vous aider à améliorer les modes de collaboration et à concevoir une organisation adaptée aux besoins opérationnels.

Alors, n’hésitez plus, demandez-nous un rendez-vous.

Nos missions :

Risques psychosociaux, en parler pour en sortir

La prévention TMS – Un dépistage des situations de travail.

L’organisation du travail

Nos engagements ergonomie – l’ergonome s’engage

Nos engagements en ergonomie
Nos engagements en ergonomie

Nos engagements Ergonomie – Notre Charte

Il s’agit ici de définir nos engagements en mission d’ergonomie du travail.  Ces engagements ergonomie sont pour vous un gage de sérieux, de professionnalisme dans l’exercice de nos missions.

L’ergonomie étant une science, il est indispensable que les ergonomes puissent s’engager à vos côtés.

  1. Clarté sur les objectifs, méthodes, outils, modalités de diffusion des résultats de l’intervention
  2. Orientation identique vis-à-vis de l’ensemble des interlocuteurs (principe d’équidistance)
  3. Obligation d’œuvrer dans le sens d’une information/consultation des instances représentatives du personnel, lorsqu’elles existent, relativement aux interventions ergonomiques
  4. Accord des opérateurs pour toutes observations ou mesures les concernant et validation des recommandations sur les situation de travail
  5. Retour prioritaire aux opérateurs des résultats des observations et validation des recommandations sur les transformations de leur situation de travail
  6. Discrétion sur les informations de nature personnelle (santé, appartenance politique ou syndicale…) recueillies au cours des observations. Autant que possible, restitution sous forme anonyme
  7. Obligation de réflexion sur les modalités d’exploration et d’utilisation des manifestations de la souffrance psychique au travail
  8. Pas de contribution à la mise en place de sanctions, notamment pour non respect du travail prescrit
  9. Obligation de faire connaître, dans tous les cas, à l’employeur et au médecin du travail, et, chaque fois qu’ils existent, aux représentants du personnel, les risques pour la santé, identifiés aux cours de l’intervention
  10. Obligation d’une réflexion sur une dynamique de compatibilité entre les recommandations ergonomiques et le développement économique de l’entreprise
  11. Respect du secret industriel
  12. Responsabilité de l’ergonome dans une anticipation raisonnable d’une utilisation détournées des résultats
  13. Pas de contribution à la sélection individuelle ou à la désignation personnalisée d’aptitudes. Orientation vers la prise en compte de la population la plus large possible
  14. Possibilité de refus d’une intervention.